Les Fleurs de Bach à la rescousse

J’utilise les Fleurs de Bach depuis très longtemps. J’ai suivi un atelier sur cette forme de thérapie et depuis je soigne ma fille, mon mari, des amies et moi-même…

logobach

Les Fleurs de Bach font tellement partie de ma vie, qu’il ne m’est pas venu à l’esprit d’en parler dans ce blogue… avant aujourd’hui!!! Mais, puisque mieux vaut tard que jamais, voici quelques informations utiles si vous jugez qu’un petit traitement avec ces remèdes vous ferait du bien.

Les remèdes floraux du Docteur Bach ne vont pas faire disparaître, comme par magie, votre dépression, cependant ils vont arrondir les coins, si vous me passez l’expression! Ces remèdes, on ne peut plus naturels, vont vous soulager de plusieurs émotions exacerbées par la dysthymie. C’est déjà pas mal, n’est-ce pas!

Par exemple, vous êtes submergé par une profonde tristesse, le chagrin vous paralyse mais vous ne voulez pas être consolé. Star of Bethlehem est la fleur qu’il vous faut. Autre exemple, la rage s’empare de vous et vous êtes sur le point d’exploser. Holly va vous permettre d’exorciser cette émotion destructrice. Enfin, vous vivez avec une personne qui souffre de dysthymie et vous vous inquiétez constamment pour elle. Red Chestnut est ce qu’il vous faut (je donne ce remède à mon mari régulièrement!).

Je recopie plus bas un petit dépliant: Votre questionnaire personnalisé et votre Guide d’utilisation. Cela devrait vous donner une bonne idée de la nature exacte des Fleurs du Docteur Bach.

Il existe de nombreux livres écrits sur le sujet. Je vous suggère les livres de Mechthild Scheffer: Les 38 quintessences florales du Dr Edward Bach, 2e éd.  2012; Réponses à 250 questions sur le bon usage des 38 quintessences du Dr Edward Bach, 1994. Vous pouvez également consulter plusieurs sites, entre autres: Le Centre Bach, la maison du Dr Bach et le coeur du système floral.

9782853274296_medium Continuer à lire … « Les Fleurs de Bach à la rescousse »

Bonjour tristesse

C’est la veille de Noël. Ma mère a acheté un sapin naturel qui embaume le salon. Elle le décore avec grand soin.

img_3755
Photo: Vera K.

Elle installe des lumières de toutes les couleurs sur l’arbre; accroche des boules aux formes variées, d’une matière fine et fragile comme l’âme des enfants; place, un à la fois, des glaçons, avec beaucoup de patience et parsème aussi les branches de cheveux d’ange. Au pied de l’arbre, la crèche entourée de bergers et de moutons. Les Rois Mages viendront plus tard…

Ma mère cuisine depuis plusieurs jours. Des tartes, des beignes, des sandwichs roulés faits de pain coloré (rose, vert, jaune!), des tourtières. J’oubliais la dinde! Elle aussi, la pauvre(!), a été cuisinée avec amour. Enfin, le dessert royal, la bûche, aussi belle qu’alléchante. Cette opulence gastronomique est étalée sur notre modeste table revêtue pour la circonstance d’une nappe blanche, brodée et parée de vaisselle au motif doré, de diverses pièces d’argenterie, de verres en cristal…

Ce cérémonial m’enchante. Notre minuscule appartement, si peu attrayant, si peu accueillant, est soudain transfiguré. Tout est parfait pour le Réveillon. Ou presque. Peu après le souper, ma mère nous envoie nous coucher, mon frère et moi. Je suis persuadée que je n’arriverai jamais à dormir, mais je m’endors finalement. Et vers minuit, elle vient nous réveiller. C’est l’heure d’ouvrir les cadeaux qu’elle nous a achetés et emballés avec abondance de papiers, de rubans et de choux colorés.

Continuer à lire … « Bonjour tristesse »